Présentation

L’Abbaye, un cadre et une qualité de vie au cœur de la Vallée de Joux

La Vallée de Joux est une terre de contrastes entre des activités économiques de pointes et une nature parmi les mieux protégées du canton.

Bref historique

L’Abbaye, c’est avec certitude, le premier lieu habité de la Vallée de Joux. Le couvent, émanant de l’ordre des Prémontrés, est construit entre 1126 et 1134. Il fut en activité jusqu’à l’arrivée des Bernois en 1536.

Suite à la désaffection du couvent qui constituera désormais les bases du village de l’Abbaye dont l’extension se fait de manière plus conséquente dès le départ des religieux, une église sera construite. Nous ignorons la date exacte de cet établissement. On sait qu’elle existait au moins en 1663.

L’intérieur de l’église offre de découvrir la maquette de l’ancien couvent établie par le docteur Convert dans les années cinquante, alors qu’il l’utilisa en décor d’un film consacré au couvent. Elle reste quelque peu fantaisiste, avec une profusion de tours diverses qui n’existèrent jamais dans la réalité historique.

Notre commune, suite à la commémoration de son 400ème anniversaire est jumelée depuis 1971 avec celle d’Yvorne. Ce jumelage, permet en maintes occasions, de marier avec bonheur le vin et le vacherin que nous pouvons déguster dans nos nombreux restaurants.

Dernière précision, les communes de la Vallée sont subdivisées en fractions de commune, on dit plus volontiers villages qui sont encore aujourd’hui au nombre de huit. Citons, pour la commune de l’Abbaye, les villages du Pont, de l’Abbaye et des Bioux. Ainsi, la Vallée compte pour la gérer autant d’élus que les deux chambres fédérales réunies.

Notre commune est située au Nord du Canton de Vaud dans la Vallée de Joux. Elle-même est constituée de trois communes (L’Abbaye, Le Chenit et Le Lieu).

La commune de l’Abbaye

L’Abbaye

D’or au rencontre d’ours de sable, chargé d’une bande de gueules à trois coquilles du champ. Ce village doit son origine et son nom à une ancienne Abbaye de Prémontrés, fondée entre 1126 et 1134. Les armoiries communales figurent pour la première fois sur les channes de communion de l’église paroissiale, datées de 1731. La bande aux trois coquilles provient des armes des sires de Grandson, qui furent les fondateurs de l’Abbaye du Lac de Joux. Ses habitants sont appelés les Bayets

Les Bioux

Rapport à Biol (bouleux). Les habitants sont appelés les Bioulets. Le burin et la lime, emblèmes de ses armoiries rappellent que l’industrie horlogère, implantée déjà au XVIIIe siècle à la Vallée, y est bien présente. Edifiée sur les hauts du village, la ravissante église en bois dont l’originalité de la construction (haut toit et clocher planté sur la nef) est à souligner.

https://lesbioux.ch/

Le Pont

Parce que pont, il y a entre les lacs de Joux et Brenet permettant de relier ce haut lieu touristique au village des Charbonnières. Habité par les Poutounets, il se situe à l’extrémité du Lac de Joux et jouit de fait d’une situation privilégiées. Ses armoiries évoquent les spécialités gastronomiques du village.

La Vie associative

Les associations et sociétés locales proposent à la population un vaste choix d’activités tout au long de l’année. Quelles soient culturelles, artistiques ou sportives, chacun trouvera une réponse à ses aspirations, ses goûts, voire y satisfaire sa curiosité. Le rôle de ces associations n’est plus à démontrer, tant elles peuvent être une force d’actions, de communications autour d’un évènement spécifique, d’un projet collectif. Elles rendent ainsi à la collectivité publique des nombreux services, facilitant l’intégration et les échanges tout en y jouant implicitement son rôle de générateur de liens sociaux.

Est-ce la rudesse du climat qui a facilité la multitude de ces rencontres, de ces échanges, de ces projets ou tout simplement la volonté de participer différemment à la vie locale ? Probablement les deux.

Le calendrier annuel des manifestations recence pas moins de 33 évènements rien que sur la Commune de l’Abbaye. Le choix est vaste, allant des concours des skis clubs à la course de caisse à savon, en passant par la course de luge, le tournoi de street-hockey, le carnaval, le Dragon boat et tout récemment une impressionnante course de descente à ski de fond. Plusieurs de ses manifestations sont le fruit d’initiatives d’une jeunesse qui n’est pas en manque d’imagination et de créativité.

Le Lac de Joux, connu pour son impressionnante surface glacée est certes une attractivité connue dans toute la Suisse. Depuis peu, un club d’aviron permet aux amateurs de cette discipline de profiter de ce vaste plan d’eau et c’est tous les jours de l’année que les « Givrés du Pont » ne manquent pas de faire trempette dans les eaux du lac.

Les Sociétés de Développement des Bioux et du Pont se chargent quant à elles du nettoyage annuel des rives du Lac. Celle du Village du Pont est particulièrement active ; dans l’organisation de rallye pédestre, du Noël des enfants, de la fête de la rade, du 1er août et même de la fête de la courge.

La musique et le chant ne sont pas en reste. Le Chœur Mixte de L’Abbaye, fort d’une quarantaine de membres, rassemble les passionnés de chansons. L’Echo des Forêts, fanfare qui a vu le jour en 1922, contribue largement à l’enseignement de la musique. Deux évènements musicaux majeurs, ponctuent la saison au Pont, le Hors Norme festival en avril et le Jazz en Rade au mois d’août.

Un autre évènement, quasi incontournable, est le festival Rock am Wind, qui a fêté sa 15ème édition les 22 et 23 juin 2018. Cet évènement musical en plein air, se déroule sur un site au bord du lac, dans un cadre majestueux rassemble tous les amoureux de la musique par une programmation éclectique et pointue laissant une belle place aux découvertes.

Encore un bel exemple de l’engagement de volontaires, de bénévoles, de passionnés dans un projet rassembleur et fédérateur.

Quel que soit la nature des activités proposées, il y a lieu de remercier toutes ces personnes qui s’engagent tout au long de l’année dans ces sociétés. La Commune de L’Abbaye soutient, dans la mesure de ses moyens ces initiateurs, ces promoteurs et leur adresse toute sa reconnaissance.

Accès, moyens de communications

En voiture, l’un des 3 cols (Col du Mont d’Orzeires 1060m, du Mollendruz 1180m ou du Marchairuz 1449m) qui entourent la Vallée de Joux vous permettent de rejoindre facilement notre région. Vous plongez en direction de la Vallée de Joux et de ses charmants villages au bord du lac.

Depuis Genève, le trajet en voiture dure à peine 60 minutes et comptez 45 minutes pour rejoindre Lausanne et 40 minutes pour Yverdon-les-Bains.

En train, de Genève, comptez 1h55 pour rejoindre le bord du lac. Lausanne n’est distant que de 60 minutes.
Depuis la gare d’Yverdon-les-Bains, un bus TRAVYS assure la liaison avec Vallorbe avec correspondance pour la Vallée de Joux.

Pour les déplacements autour du lac, vous trouvez bus et trains qui deservent à chaque heure les villages de la région.

Économie

La Vallée, c’est également près de 7’000 habitants pour près de 8’000 places de travail, essentiellement dans le secteur industriel qui font de cet endroit un pôle économique important.

Les spécificités liées à notre localisation géographique, font que les trois communes du Lieu, du Chenit et de l’Abbaye sont amenées à devoir collaborer en tout temps et à tous les niveaux. Ainsi, l’association scolaire, l’Association pour le développement des activités économiques, Le Service de défense incendie et de secours, L’Office du tourisme, les Autos transports, les Pompes funèbres, ValTV ; le Centre Sportif; la Société électrique sont tous intercommunaux.

Géographie

Merveilleux joyau naturel serti de lacs, de verdure et de forêts, la Vallée de Joux se révèle comme un monde à part, par sa configuration en forme de bassin fermé, isolé des contrées voisines par des chaînes de montagnes.

D’innombrables espaces dédiés aux sports les plus variés y ont places. La Vallée est un site d’importance nationale recensé dans plusieurs inventaires (paysage, hauts marais, faune, flore, …).
Elle recèle des trésors devenus très rares en Suisse et en Europe. Sa responsabilité est donc grande en la matière. Néanmoins, les Combiers (nom donné aux habitants de la Vallée) ont su, depuis des siècles, préserver cet habitat sans toutes les contraintes réglementaires actuelles.

La Vallée de Joux, c’est 163 km2, soit 5.1 % du territoire cantonal, dont 30.3% de surfaces agricoles, 64.4% de surfaces boisées et seulement 3.5 % de surfaces d’habitat et d’infrastructures. Ces valeurs sont pratiquement les mêmes pour les trois communes prises indépendamment.

Nous faisons partie du Parc Jura Vaudois. Le parc s’étend sur 530 km2, soit 18 % du territoire cantonal dont 30 communes et 31 000 personnes habitent dans son périmètre. Près de 60 % du périmètre du parc est classé dans les inventaires fédéraux ou cantonaux du paysage et des biotopes d’importance nationale. En ce qui concerne la Vallée, l’IFP couvre près de 95% de son territoire.

La tour

La tour de l’Abbaye fut construite dans le premier tiers du XIVe siècle par Aymon de Montferrand de La Sarraz qui tenait à asseoir plus solidement son autorité sur le couvent de L’Abbaye. Cet ouvrage, d’aspect massif et austère, s’aperçoit de loin. Sa beauté en a fait le symbole du village de ce nom.

En 1663, un incendie endommage l’église et la tour où les cloches sont détruites. Celles-ci ne furent remplacées qu’en 1681.

Nouvel incendie en 1741, avec destruction des cloches et de la pendule construite en 1698. Une nouvelle cloche est moulée en 1742, tandis qu’une seconde pendule n’est réinstallée qu’en 1758. Une seconde cloche prendra place dans la tour en 1838.

La charpente et les escaliers de la tour datent de 1742.

La tour, désormais éloignée des incendies, put vieillir en silence et se dégrader peu à peu, d’où une réhabilitation aujourd’hui nécessaire. Le Canton, la Commune, le mécénat de sociétés locales et la population combière, par l’intermédiaire d’une association (ARTA), s’unissent pour restaurer et rendre au public ce magnifique édifice.