Bienvenue sur le site internet de la commune de L'Abbaye



Raccourcis clavier

Les raccourcis suivants sont toujours placés au début de chaque page. Ils sont invisibles pour le grand public :
retour à la page d'accuei Alt+0 accès direct au menu de navigation Alt+1 accès direct au contenu de la page Alt+2 accès direct au module de recherche Alt+3 accès direct au plan du site / sitemap Alt+4
En utilisant le livre d'or de notre commune, vous acceptez les conditions d'utilisation qui ont été établies à cet effet.

entrée à ajouter
Philippe Berney de Le Pont a écrit le 18 juin 2010
Extrait de article du 12 juin 2010 tiré du journal 24heures. (voir sous rubrique histoire - 1291)

Il explique indirectement la présence des trois coquilles Saint Jacques sur le blason de notre commune. La commune de L'Abbaye n'est d'ailleur pas la seule à présenter sur ses armoiries cette réminissence de l'allégence de ses habitants aux De Grandson. Quelques un de nos encêtres ont-ils participé à la croisade d'Othon 1er ? C'est assez probable.

Philippe Berney 1342 Le Pont

Philippe Berney de 1342 Le Pont a écrit le 16 sept. 2009 à 17:04 heures
Bernard, Bérard, Bernier, Berney, Béranger
patronymes | Le nom Bernard évoque la force de l'ours. Au moyen âge beaucoup de francophones portaient des noms composés germaniques qui, depuis la conquête franque, avaient conservé un grand prestige. Bern-hard -francisé en Bernard) -associe les deux notions d'ours (bero,bern-) et de force (hard, qui aujourd'hui a pris le sens de «dur»). Une variante sans N a produit le patronyme Bérard.


Alain Pichard | 25.03.2008 | 08:44



Le nom Bernard évoque la force de l'ours. Au moyen âge beaucoup de francophones portaient des noms composés germaniques qui, depuis la conquête franque, avaient conservé un grand prestige. Bern-hard -francisé en Bernard) -associe les deux notions d'ours (bero,bern-) et de force (hard, qui aujourd'hui a pris le sens de «dur»). Une variante sans N a produit le patronyme Bérard.
Au moyen âge, dans nos régions, le nom de baptême Bernard était assez prisé, notamment à cause du Savoyard Saint Bernard de Menthon. Au Xe siècle, ce dernier avait fondé le couvent du Mont Joux (Grand Saint Bernard) et aussi l'hospice du Petit Saint Bernard entre la Tarentaise et le Val d'Aoste. Plus tard, le fondateur de l'ordre des Cistercien, Saint Bernard de Clairvaux, contribuera encore davantage à la popularité du nom.
Le nom Bero pouvait se combiner avec d'autres mots. Associé à l'armée (hari) il a donné les patronymes Bernier, Barnier et aussi nos Berney. Avec le pouvoir (wald), les Bernaud, Beraud, Brault, Braudel. Avec le loup (wulf), des Bernoud et Berou. Quant au contact ours-lance (berin-gari) il a donné le prénom médiéval Bérenger et sa variante Baranger. Parmi les diminutifs figurent, outre Bernardin, des Bernot, Berneix, Bernadot et le matronyme Bernadotte.
Les monde allemand a des Bernhard, Bernath, Bernoth, Behrendt, Berndt, voire de simples Bent, Bentle ou Benn auxquels répondent les Barnard et Barnet anglo-saxons. L'Italie a ses Bernardi et Bernini, des Nardini et Nardelli qui peuvent aussi dériver de Léonardo et des Beringhieri ou Berlinguer qui équivalent à Béranger.
"extrait de 24heures du 16 septembre 2009"

Bureau des Guides - Jura Evasion de L'Abbaye a écrit le 8 avril 2009
Juste un petit message pour vous remercier de votre courrier " Participez au site Internet communal ".

J'ai trouver l'idée très intéressante et la possibilité d'y annoncer ces évènements innovante et actuelle. Félicitations !

Encore bravo, je ne manquerais pas d'utiliser ce moyen de communication !

Meilleures salutations.
Christian Giraud

Philippe Berney de Le Pont a écrit le 30 juil. 2008 à 21:18 heures
Même pavé de bonnes intentions le chemin du bord du lac ne suffira pas.
Le chemin du bord du lac entre les Bioux et Le Pont a été imaginé et construit, dans l’esprit des promoteurs de l’époque, avant tout, pour les piétons habitants de nos villages, jeunes et moins jeunes, mamans, enfants et poussettes. L’aspect touristique de cet équipement n’avait cependant pas échappé à nos édiles. Cette possibilité devint même pour les indécis un argument décisif.
Aujourd’hui, devenu objet ordinaire banal incontesté, l’utilité de ce chemin, démontrée par sa fréquentation régulière, est unanimement reconnue. Par son aspect sauvage, sa riveraineté, sa faune, ses arbres, son offre de croisettes et causettes, l’enchantement en toute saison ressenti par un beau matin est ressource infinie. Sans déclivité et à proximité des zones habitées, la sécurité y est maximale pour tous, jeunes et séniors.
Toutefois l’ouverture récente de ce tracé à l’usage des cyclistes, parallèlement à celui des piétons, est à mon avis une erreur. L’attention nécessaire au trafic est maintenant ici aussi requise de chacun. La flânerie et l’insouciance du rêveur solitaire, pourtant si vivifiantes, sont à éviter. Quel dommage ! Sans parler de la liberté d’aller et venir en toute sécurité des petits enfants, maintenant entravée. L’attention constante indispensable demandée aujourd’hui au promeneur, sursoit à sa quiétude passée.
Par conséquent il est urgent d’envisager la réalisation de pistes cyclables dans la commune de l’Abbaye et autour de la Vallée. Il y faudra, bien sûr, autant d’efforts, et peut-être de temps, que ceux consentis pour créer les chemins pédestres. Mais c’est sachant ce projet à l’étude que je pourrai concevoir d’accepter de partager provisoirement, avec des vélos, le sentier de mes randonnées.
Philippe Berney
entrée à ajouter